Palais mental et confiance en soi

palais mental et confiance en soi

« J’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus très bien… » , Jeanne Moreau décrivait plutôt bien ce qu’il se passe dans beaucoup de vos examens, n’est-ce pas ?

« Palais mental et confiance en soi » quel titre aguicheur pour tout étudiant entretenant une relation complexe avec le stress de ses examens… Et bien ce titre tient ses promesses.

Je vais vous raconter une histoire. L’histoire de cette étudiante en prépa gérant mal son stress avant chaque DS d’économie, et ayant le cœur qui bat à 1000 avant chaque DS de maths. La même élève qui a réussi ses concours d’école de commerce bien au-delà de ses espérances grâce à un outil indispensable : la confiance en soi.

Ce dont la plupart des gens ont peur à ce moment-là de leurs études, ce n’est pas de ne pas avoir fourni le travail nécessaire pour réussir, c’est que leur mémoire les lâche et qu’ils n’arrivent plus à retranscrire des choses pourtant apprises par cœur trois jours avant, du fait du stress.

Pour ma part, il me fallait cette assurance que ce que j’avais emmagasiné dans mon cerveau allait rester. Cette assurance, je l’ai trouvée avec le palais mental.

Le palais men… quoi ?

Le palais mental, c’est une technique phare de mémorisation que t’enseigne Memorease. Elle repose sur la mise en image de concepts, que l’on place mentalement dans un « palais », lieu familier que l’on se représente dans notre esprit. Lorsque l’on te balades dans son palais, on retrouve alors aisément les concepts que l’on avait associés à ces images bien précises.

Par exemple, c’est imaginer Kadhafi se tapant la tête contre une pyramide pour se souvenir que la Lybie est collée à l’Egypte… autant d’images que l’on organise et que l’on place de manière pertinente dans différents endroits de notre palais.

Pour ma part, j’ai découvert cette méthode en fin de première année de prépa, après une conférence de Yoann, co-fondateur de Memorease.

Je sais, et je sais que je sais

Là où le palais mental fait une réelle différence avec les techniques lambdas d’apprentissage (le par cœur, le bachotage, la rétention sans comprendre), c’est au niveau de la garantie qu’il offre.

On le sait tous, nous sommes capables de réviser jusqu’à 1h du matin la veille d’un DS, on aura toujours peur le jour J que certains détails se soient effacés de notre mémoire. Le fait est que l’on retient mieux les choses qui font appel à nos sens et à nos émotions. Choisir des images avec lesquelles on a une certaine familiarité, ou bien qui nous choquent, qui provoquent une émotion en nous, afin de retenir des informations, permettent bien plus facilement d’inscrire une information qui de base, ne fait écho à rien pour nous.

Ce qui m’a particulièrement plu avec cette méthode, et qui fait que je l’ai tout de suite adoptée, c’est que tes cours prennent une dimension toute autre. Votre palais vous plaît, il vous fait sourire, il fait sens, et toutes les informations que vous aurez mises en images vivront plus longtemps en vous car vous les aurez gravées de manière plus pertinente. En un sens, vous aurez choisi ce que vous souhaitez retenir et comment vous souhaitez le retenir.

Et si vous n’êtes pas capable de recracher ton cours en deux minutes top chrono, c’est normal. Il vous faudra fermer les yeux, et vous balader quelques secondes dans votre palais avant que tout ne s’offre à vous. C’est vraiment cette particularité qui vous permet de gagner en confiance lors de vos examens. On s’attable, on reçoit sa copie et il nous suffit de se concentrer un peu afin de retrouver tout ce que l’on a inscrit dans notre cerveau. C’est magique.

Mettre en place la technique en même temps que tes cours

Il faut environ trois semaines pour pouvoir maîtriser, mettre en place et apprivoiser ses palais mentaux. Il est possible de commencer en même temps que ses cours bien sûr, et le temps que vous consacrerez à la mise en place de cette méthode, vous l’économiserez bien plus largement sur le long terme, croyez-moi.

A vrai dire, il y a quand même pire comme travail que d’imaginer un iPhone déguisé en samouraï assis à son bureau pour se rappeler que le Japon se spécialise aujourd’hui dans les nouvelles technologies… Après tout ça, vous aurez dans votre cerveau des dizaines de palais bien rangés dans lesquels vous pourrez retourner dès que vous le souhaitez, et de souvenir de tout ce dont vous avez besoin.

Plus besoin de se torturer l’esprit, les petites histoires que tu vous créez ne vous lâcheront plus jamais.

Ce qu’il faut que vous compreniez c’est que maintenant, il ne s’agira plus de faire confiance à la capacité de votre cerveau à retenir des centaines et des centaines d’informations, vous ferez confiance à la compréhension que vous aurez des sens cachés derrière les images extravagantes que vous aurez créées. Mais ici vous ne jouez pas aux devinettes, vous avez créé vos propres conventions et c’est ça qui rend cette technique infaillible  !

Pour le mot de la fin, je vous dirai que les concours (mais aussi les examens, et même la scolarité dans son ensemble) c’est 50% de confiance en soi et de pertinence dans ses méthodes. Il n’est jamais trop tard pour revoir sa manière de réviser, et je ne vous apprends pas qu’avoir confiance en ses connaissances le jour J est une vraie valeur ajoutée  !

Marie Triau

Etudiante à l'ESSEC et à l'Université Paris XI.

Pour Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Apprend à mémoriser un arrêt en 2 minutes

Inscrits toi à notre formation gratuite pour doper ta mémoire et exceller en droit :